L'ROUCHI POU L'Z'INFANTS; LE ROUCHI POUR LES ENFANTS

 

Cliquez ichi pou acouter l'cat juer l'Ode à la joie !

  

 

 

Ch'page chi, alle est faite pou les taïons, les taïonnes, les parints, les maîtes d'écoles ...J'in passe et des meilleux,  qui voudrotent bin  que l'z'infants, i seuchent incore parler l'viux langache du Nord de l'France, chti qui déquind de l'langue d'Oïl, el'Picard, el'rouchi, el'ch'ti... Bref, el'patois, comme in dit par ichi.L'page, alle s'ra arnouv'lée d'timps in timps. Des fos, vous y trouv'rez un poème, des fos, cha s'ra eune canchon, et i'ara toudis l'traduction, pou bin tout comprinde.

Cette page-ci est faite pour les grands parents, les parents, les enseignants...J'en passe et des meilleurs, qui voudraient que les enfants sachent encore parler l'ancien langage du Nord de la France, celui qui descend de la langue d'Oïl, le picard, le rouchi, le Ch'ti...Bref, le patois, comme on dit par ici. Cette page sera renouvelée de temps en temps. Parfois, vous y trouverez un poème, parfois, ce sera une chanson, et il y aura toujours une traduction des mots difficiles, afin de bien tout comprendre.

EUNE BONNE LECTURE !!

 

L’DERNIERE FEULE                   Arbre automne      

« J’sus l’dernière feule

Tout in haut d’l’ape (arbre).

Ej’sus toute seule,

Comme un pauf’djape (diable).

J’attinds que l’vint,

I m’faiche quéir (tomber),

J’attinds que l’vint,

I m’laiche (me laisse) partir.

J’voudros bin artrouver mes sœurs.

Rin à faire, faut qu’j’attinde em’n’heure.

Ch’a l’air fin biau,

La-vau (là-bas), par tierre.

Ichi, j’ai frod,

Dins l’courant d’air.

J’arrife, j’arrife !

J’sins que j’m’invole !

J’vas infin vive,

Cha va ête drôle !

Mais dusse que j’sus  (où suis-je)? I fait tout noir !

Et pourtant, ch’n’est mie core el’soir.

Mes sœurs, mes sœurs,

Dusse que vous êtes ?

Arbre automneDallons, achteure (maintenant),

Pou faire el’fiête.

Ah, de l’leumière !

Mais qu’i fait caud !

Cha sint l’funquière (la fumée)

Au sécours, ooohhh !! »

Ah, pauf’ tiote feule, ch’étot s’destin.

Mais, mes infants, n’vous in faîtes point.

Ch’est bin sûr, eune histoire sins fin.

Alle arviendra …l’printemps prochain !

Arbre automne

                                          Joëlle Jonas-Ledent

 

 

              

Sous-pages :