L'ROUCHI POU L'Z'INFANTS; LE ROUCHI POUR LES ENFANTS

 

Cliquez ichi pou acouter l'cat juer l'Ode à la joie !

  

 

 

Ch'page chi, alle est faite pou les taïons, les taïonnes, les parints, les maîtes d'écoles ...J'in passe et des meilleux,  qui voudrotent bin  que l'z'infants, i seuchent incore parler l'viux langache du Nord de l'France, chti qui déquind de l'langue d'Oïl, el'Picard, el'rouchi, el'ch'ti... Bref, el'patois, comme in dit par ichi.L'page, alle s'ra arnouv'lée d'timps in timps. Des fos, vous y trouv'rez un poème, des fos, cha s'ra eune canchon, et i'ara toudis l'traduction, pou bin tout comprinde.

Cette page-ci est faite pour les grands parents, les parents, les enseignants...J'en passe et des meilleurs, qui voudraient que les enfants sachent encore parler l'ancien langage du Nord de la France, celui qui descend de la langue d'Oïl, le picard, le rouchi, le Ch'ti...Bref, le patois, comme on dit par ici. Cette page sera renouvelée de temps en temps. Parfois, vous y trouverez un poème, parfois, ce sera une chanson, et il y aura toujours une traduction des mots difficiles, afin de bien tout comprendre.

EUNE BONNE LECTURE !!

 

L’COMPLAINTE DES CRAYONS D’COULEUR

                                                                             Joëlle Jonas

Crayons de couleurDins l’boîte ed’ crayons à Totor,

In intindot des noms d’osiaux.

I nd a pas un qu’i-étot d’accord.

I voulotent tous ête el’pus biau.

« Mi, qu’i dit l’bleusse, ej’sers toudis ;

J’colorie l’ciel, j’colorie l’iau (l'eau).

Totor, i peut point s’passer d’mi.

Su pas un dessin, j’fais défaut. »

« Mi, qu’i dit l’gaune (jaune), ch’est incore mieux.

Ch’est mi que j’colorie l’solel.

Ch’est sûr, cha n’fait ni eune ni deux,

D’tous les couleurs, j’ai eu l’pus bielle. »

Ainsin, tous ches crayons, i s’vantent :

L’rouche, i-est comme chi, l’vert, i-est comme cha…

Leus teintes, alles sont si éclatantes,

Et les pastels, si délicats !

Mais au fond de l’boîte, i nd a deux,

Pou qui cha n’est point l’min.me canchon (la même chanson).  Crayons de couleur

I n’dis-tent rin, i sont peineux.

I prin.nent point part à l’discussion.

Et mi.me, core pire : Pou leu malheur,

Les autes, i les traitent d’bons à rin :

« Blanc et noir, ch’est pas des couleurs,

Ravisez (regardez)s’i z’ont l’air malin ! »

Les deux crayons, i répondent point.

El’z’autes, i z’ont pas vramint tort.

Ch’est vrai qu’i n’sortent point souvint.

Ch’est pas les préférés d’Totor.

Pourtant, dins l’tiote main, un biau jour,

I s’artrouvent insanne (ensemble) tous les deux.

I oueff-tent (travaillent) fort chacun leu tour.

El z’autes, Totor, i-a mie (n'a pas) b’soin d’eux.

Ch’est l’anniversaire d’sin pépé.

L’infant veut l’i offrir un dessin.

L’viel homme, ch’étot un carbonnier (mineur)

Adon, Totor, i s’applique bin.

Su s’feulle, avec el’noir crayon,

Crayons de couleurI-arprésinte eune grinde bielle berline.

I la rimplit tout plein d’carbon,

Et pis des bielles lettes, i dessine.

Avec es’blanque pointe bin taillée,

Su l’wagonnet bin colorié,

Dins eune écriture appliquée,

Totor, i-écrit : « J’T’AI QUER, PEPE ! » (je t'aime, pépé)

Les crayons, i sont fin bénaches.(heureux)

Pou un cop, l’tiot, i-a eu b’soin d’eux.

I z’ont fait là du biel ouvrache (travail).

Comme pépé, i va ête heureux !

L’calme, i-est r’venu, dins ches couleurs.

Tertous, i-a arconnu l’valeur,

Des deux tiots crayons sins grandeur,

Qu’i z’avottent su attinde leur heure !!    Crayons de couleurCrayons de couleur

              

Sous-pages :