L'ROUCHI POU L'Z'INFANTS; LE ROUCHI POUR LES ENFANTS

 

Cliquez ichi pou acouter l'cat juer l'Ode à la joie !

  

 

 

Ch'page chi, alle est faite pou les taïons, les taïonnes, les parints, les maîtes d'écoles ...J'in passe et des meilleux,  qui voudrotent bin  que l'z'infants, i seuchent incore parler l'viux langache du Nord de l'France, chti qui déquind de l'langue d'Oïl, el'Picard, el'rouchi, el'ch'ti... Bref, el'patois, comme in dit par ichi.L'page, alle s'ra arnouv'lée d'timps in timps. Des fos, vous y trouv'rez un poème, des fos, cha s'ra eune canchon, et i'ara toudis l'traduction, pou bin tout comprinde.

Cette page-ci est faite pour les grands parents, les parents, les enseignants...J'en passe et des meilleurs, qui voudraient que les enfants sachent encore parler l'ancien langage du Nord de la France, celui qui descend de la langue d'Oïl, le picard, le rouchi, le Ch'ti...Bref, le patois, comme on dit par ici. Cette page sera renouvelée de temps en temps. Parfois, vous y trouverez un poème, parfois, ce sera une chanson, et il y aura toujours une traduction des mots difficiles, afin de bien tout comprendre.

EUNE BONNE LECTURE !!

 

L’COMPLAINTE DE L’GAILLETTE

                                                                  Joëlle JONAS

In m’a obliée su l’terril.

Les carbonniers (les mineurs), i sont partis.

Finis  les briquets (tartine du mineur), les tartines.

Disparues, les dernières berlines.

J’irai point dins l’fu à carbon,

Et j’récaufferai point tout l’mason.

J’sus foque (je ne suis que) un résidu d’fougère,

V’nu tout drot du Carbonifère.

Passée dins les mains de ch’cafu (femme qui trie le charbon),

J’étos trop tiote, alle m’a perdue.

D’pus l’temps, les mines,  alles ont fermé.

J’ai pus d’espoir d’ête artrouvée.

J’sus dev’nue un vulgaire caillo,

Qu’verra jamais un galibot (apprenti mineur)

Mais, tiens, v’là eune tiote main qu’alle s’tind,

Et pis, qu’alle me prind tout duchemint.

Dins l’menotte, j’laisse eune noirte trace,

D’un cop, j’me sins point à l’ducasse.

L’infant, alle va p’tête em’ruer (jeter),

Je n’sais dusse (je ne sais où), core m’abindonner…

Mais non, v’là qu’alle m’intique (m'enfonce) dins s’poque,

Bin inroulée dins un bout d’loque,

Et pis, j’intinds l’vox d’sin taïon :

« Garde le bin, ch’tiot morciau d’carbon.

Ch’est aussi un morciau de m’vie.

Avec li, té t’rappelleras d’mi. »…

Si j’avos des yux, ej’brairos (je pleurerais).

Je n’sus pus p’tête qu’un noir caillo,

Mais  muchée (cachée) dins l’poque de l’fillette,

Ej’ sus bin pus qu’eune noirte gaillette (morceau de charbon)!

 

Sous-pages :